À savoir

Aussi appelés parkings aériens, ces parkings en silos sont construits en élévation depuis le sol, ils peuvent être accolés à des bâtiments d’activités, tertiaires ou commerciaux, et atteindre des hauteurs de 8 niveaux (RDC et R+7). 

Les systèmes de parking en silo proposés à la location créent de nouveaux champs de possibles. Adapter en un temps record l’offre de stationnement aux fluctuations d’activité, envisager un usage temporaire, ou encore garantir la préservation d’un espace foncier qui pourrait être destiné à d’autres projets par la suite.

Une réglementation qui se modernise

Imposant auparavant le seul recours au béton, depuis une quinzaine d’années, la réglementation en matière de construction des parkings en silo s’est modernisée et permet aux donneurs d’ordres de recourir à des superstructures en acier, voire même mixtes acier-béton. L’alliance de ces matériaux permet de réaliser des ouvrages plus performants en matière de stabilité, tout en étant plus légers. Les fondations sont moins lourdes qu’en souterrain, et les propriétés de l’acier couplé au béton permettent de créer des trames de circulation plus larges.

Mais, d’aérien, ce parking n’a pas que le nom. Installé à « l’air libre » il bénéficie de la lumière naturelle et de la ventilation de ses façades, ouvertes sur l’extérieur.

Pour les intégrer à leur environnement, ces ouvrages, qui sont donc visibles comme du bâti de plain-pied, sont designés par des architectes. Cela permet de travailler leur signature visuelle et leur donner une dimension esthétique, lorsque cela est nécessaire. Dentelles de métal, murs végétalisés ou digitalisés, de plus en plus de ces parkings silos surpassent la question esthétique au profit d’un véritable concept architectural.

Les avantages du parking en silo sont nombreux par rapport au parking enterré

  • Un coût de construction au moins 2 fois inférieur : on compte environ 8 000 € HT à 12 000 € HT la place créée pour un parking en silo métallique
  • Des frais d’exploitation et de maintenance bien moins importants (moindres coûts d’éclairage, de systèmes de ventilation…)
  • Des avantages sanitaires et sécuritaires liés à une ventilation et une lumière naturelles,
  • Un plus grand confort pour l’usager et les personnels grâce à des volumes plus généreux et adaptés aux véhicules d’aujourd’hui et de demain

 

Selon leurs modes de construction, les impacts sur les coûts directs et indirects, la durée des travaux et l’empreinte environnementale varient sensiblement.

Certains de ces parkings silos construits à l’origine en béton, sont reconvertis en immeuble d’habitation ou en bureaux, au prix de lourds et coûteux travaux de mutation.

Parking en silo : différents types pour différents usages

 

La plupart des parkings aériens ou silos s’inscrivent dans le champ réglementaire des ERP de type Parcs de Stationnement (PS) ou Parkings Silos Largement Ventilés (PSLV). Pour ces derniers, la ventilation naturelle est assurée par l’ouverture – fixée à 50% – des façades latérales. Ces prescriptions en matière de sécurité incendie(3) et de dimensionnement s’appliquent aussi bien souvent pour des ouvrages privés.

(3) Règlement Sécurité Incendie ERP – Arrêté du 9 mai 2006 modifié – Articles « PS – Parcs de Stationnement Couverts » – « PSLV – Parcs de Stationnement Largement Ventilés ».

Il existe différents types de parkings en silos qui peuvent être dissociés en 3 sous-catégories.

 

Parkings en silo de conception traditionnelle en béton

 

Les parkings à étages ont pendant longtemps été conçus et construits en 100% béton.parking silo traditionnel

Dans ce cas, l’ensemble des composants structurels sont en béton et la masse créée nécessite des fondations lourdes. Les délais de chantier sont longs et dépendent des techniques de coulage et de séchage du béton sur site chantier.

Ces ouvrages sont totalement irréversibles et requièrent d’importants et coûteux travaux de démolition en fin de vie.

 

Parkings en silo de conception traditionnelle mixte acier-béton

 

Depuis 2006 en France, la modernisation des règles de stabilité au feu des parkings a permis le recours massif à des ossatures métalliques. En usage mixte avec du béton, ce procédé permet d’alléger considérablement le poids de l’ouvrage, de réduire les besoins de fondation et d’industrialiser en usine une partie des composants.

Conception et réalisation d’un parking architecturéSeul le béton réellement indispensable est coulé sur place, nécessitant toute de même des temps importants de mise en œuvre, depuis la préparation jusqu’au séchage.

Les parcs à étages mixtes acier-béton de conception traditionnelle sont une bonne alternative aux parkings souterrains ou aux parkings silos béton.

Certains de ces parkings aériens présentent désormais des conceptions facilitant la déconstruction. Installés en quelques mois sur fondations, ils peuvent parfois être déconstruits dans les mêmes délais lorsque le parking n’a plus vocation à être utilisé en tant que tel. Cela représente un poste de dépense moindre que des coûts de démolition.

Toutefois, les composants ne sont pas réutilisables. De plus, les fondations nécessaires à l’implantation de ce type de parking silo laissent des traces après leur déconstruction. Le cas échéant, il est nécessaire de financer des travaux de remise en état de la plateforme.

 

Parkings aériens modulaires et sans fondations, à usage temporaire ou permanent

 

Dernière innovation en matière de parking aérien, le système Park’Up® est le premier né d’une nouvelle lignée d’ouvrages de stationnement réversibles.

Entièrement modulaire et pré-construit en usine, il s’installe sans aucune fondation en se posant directement sur un parking de surface préexistant, en quelques jours seulement.

Ce nouveau système de stationnement est entièrement démontable, intégralement réutilisable et relocalisable.

Avec des systèmes tels que Park’Up®, il n’est plus question de chantier ou de travaux, mais simplement de pose ou de dépose de modules complets déjà construits en usine.

Les conceptions interminables, les délais et coûts de construction non maîtrisés, ainsi que la gestion complexe de projet multipliant les intervenants appartiennent désormais à un autre temps.

Et pour la première fois, un ouvrage de stationnement à étages, au même titre que d’autres biens d’équipement, est disponible à la location.

 

DECOUVRIR LE CONCEPT

 

Les bénéfices d’un parking en silo réversible et sans fondation sont inédits :

  • Une mise en service en un temps record : un parking en silo s’installe au rythme d’une centaine de nouvelles places par semaine
  • Un temps de conception réduit : grâce à la standardisation et à l’approche modulaire, un nouveau parking est configuré en quelques heures, en tenant compte des paramètres du site et des flux de circulation
  • Des procédures administratives simplifiées : selon la durée d’utilisation, il n’est pas toujours nécessaire de déposer un permis de construire
  • Un nombre d’intervenants considérablement réduit :  une gestion de projet optimisée et les traditionnels coûts « cachés » de la construction éliminés
  • Une empreinte environnementale réduite. Une fois démonté, le terrain est restitué dans son état d’origine, sans aucuns travaux ni coûts associés.

La rapidité d’installation d’un parking aérien sans fondation et préconstruit a un impact direct sur la rentabilité des projets. Au-delà de permettre le maintien de l’accès au stationnement, de doubler ou tripler en un temps record une surface de stationnement existante, il permet aussi de maintenir a maxima l’activité économique d’un site. Employés, visiteurs, usagers ou clients ne subissent des désagréments que sur quelques jours, et retrouvent des solutions de stationnement dans des délais inégalés.

Des réponses nouvelles, jusqu’alors inenvisageables

 

Les systèmes de parking silo proposés à la location créent de nouveaux champs de possibles. Adapter en un temps record l’offre de stationnement aux fluctuations d’activité, envisager un usage temporaire, ou encore garantir la préservation d’un espace foncier qui pourrait être destiné à d’autres projets par la suite.

 

Une question ou un projet ? Contactez-nous ! 






En soumettant ce formulaire vous acceptez que les informations recueillies sur ce formulaire soient enregistrées dans un fichier informatisé par le service marketing de l'entreprise et traitées par le service concerné dans le but de répondre au mieux à votre demande. Elles sont conservées sauf accord différent exprès de votre part. Conformément à la loi « informatique et libertés » modifiée, vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer en contactant : [email protected]
Pour en savoir plus

J'accepte les conditions : Oui

Le parking de surface : le plus répandu

Il s’agit du parking de plain-pied : celui que l’on trouve principalement en zones de faible ou moyenne densité, notamment en zone industrielle ou d’activité commerciale(1). Une aire de terre compactée ou un simple enrobé de surface et les emplacements de stationnement sont créés via le marquage au sol. Il s’agit du moyen le plus économique, puisque la place de parking créée oscille entre 2 000 € et 5 000 € HT – hors coût du foncier évidemment.

(1)Excepté depuis 2014 pour toute construction neuve ou rénovation d’un bâtiment d’activité commerciale, les parkings de surface sont en recul : l’aire de stationnement au sol doit correspondre à 75% de la surface de plancher allouée au commerce, contre 150% auparavant.

En savoir plus

Le parking souterrain : réservé au foncier contraint

Au même titre qu’un parking silo, le principal atout du parking souterrain est d’économiser du foncier. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est devenu obligatoire dans certaines zones urbaines lors de la construction d’immeubles d’habitation.

Construit en béton et pouvant atteindre plusieurs sous-niveaux, cette infrastructure est un espace fermé. Le parking souterrain est entrecoupé de nombreux poteaux requis pour la stabilité de l’ouvrage dans sa totalité (le parking et la construction en surface).

En savoir plus